RUBEOLE

Le virus de la rubéole est l’agent étiologique de la rubéole, maladie infantile courante et bénigne caractérisée par une éruption cutanée.

Il se transmet par de minuscules gouttelettes émises par les voies respiratoires. L’infection contractée après la naissance ne donne que rarement lieu à descomplications. En revanche, la rubéole peut être dangereuse si le virus est contracté par la femme enceinte au cours du premier trimestre de la grossesse. Le virus de la rubéole peut contaminer le fœtus via le placenta et provoquer la mort in utero ou être à l’origine de graves malformations, connues sous le nom de syndrome de rubéole congénitale (SRC). De nombreux cas de cécité, desurdité, de maladies cardiaques congénitales et de retard mental sont liés au SRC. De nos jours, les cas d’infection rubéolique aiguë et de SRC ont considérablement diminué grâce aux programmes de vaccination des enfants et des femmes en âge de procréer susceptibles de contracter levirus. La recherche des anticorps spécifiques de la rubéole sert à déterminer le statut immunitaire d’un sujet et est une aide au diagnostic de l’infection rubéolique aiguë. La présence d’IgG anti-rubéole témoigne d’une exposition antérieure, soit par vaccination, soit par contraction du virus, et est indicatrice d’immunité. La détermination des IgM spécifiques de la rubéole est une aide audiagnostic de l’infection rubéolique aiguë. La séroconversion d’anticorps spécifiques de la rubéole, de même qu’une augmentation significative du titre d’anticorps IgG entre un premier et un second échantillon peuvent permettre de poser le diagnostic d’infection rubéolique aiguë.Note : Un résultat < 10 UI/mL n’exclut pas complètement la présence d’une infection rubéolique aiguë. Les échantillons prélevés dans la phase très précoce de l’infection aiguë peuvent ne pas présenter de quantités détectables d’IgG anti?rubéole ou avoir un titre d'anticorps < 10 UI/mL.La détection d’anticorps IgG anti-rubéole dans un seul échantillon n’est pas suffisante pour distinguer une infection aiguë d'une infection ancienne.Une absence d’augmentation significative du titre d'IgG anti?rubéole (au cours de 3 à 4 semaines, par ex.) ne permet pas d'exclure complètement la présence d'une infection aiguë.Lors de la surveillance des titres d’IgG anti?rubéole, il est recommandé de doser les séries d’échantillons en parallèle.Les résultats de patients VIH positifs, de patients sous traitement immunodépresseur ou de patients présentant d'autres affections conduisant à une immunodépression doivent être interprétés avec précaution. .