PROTIDES

Les protéines plasmatiques sont principalement synthétisées dans le foie, les cellules sanguines, les ganglions lymphatiques, la rate et la moelle osseuse.

Lors d’une maladie aussi bien la concentration en protéines totales que la proportion respective des différentes fractions  protéiques peuvent considérablement s’écarter de la normale. Une hypoprotéinémie peut être due à des maladies ou à des troubles tels que le syndrome néphrotique, une perte de sang importante, la sprue (trouble de l’absorption des protéines), des brûlures graves, des syndromes de rétention sodée et le kwashiorkor (déficit aigu en protéines). Une hyperprotéinémie peut être observée en cas de déshydratation importante et de maladies comme le myélome multiple. Des modifications dans les proportions des différentes protéines plasmatiques peuvent être dues à une seule fraction protéique. Dans ce cas, la concentration en protéines totales n’est pas modifiée. On utilise souvent le rapport albumine/globulines comme index de la répartition des fractions albumine et globulines. Des modifications importantes de ce rapport se rencontrent en cas de cirrhose du foie, de glomérulonéphrite, de syndrome néphrotique, d’hépatite aiguë, de lupus érythémateux ainsi que de certaines affections inflammatoires aiguës ou chroniques. Les dosages de protéines totales sont utilisés dans le diagnostic et le suivi d’une série de maladies du foie, des reins et de la moelle osseuse ainsi que d’autres maladies métaboliques ou nutritionnelles Version : 01-14.