Nos équipes médicales et nos biologistes vous accompagnent dans vos examens et analyses habituels.
Nous mettons tous les moyens nécessaires en termes de désinfection et de protection pour assurer un service normal et sécurisé pour notre patientèle.
Ne retardez pas vos analyses ! Retrouvez nos mesures sanitaires mises en place pour vous protéger.
 
 
SEROLOGIE COVID-19 :
Les tests sont disponibles en laboratoire sans rendez-vous. Demandez conseil à votre médecin ou biologiste.
 
 
PRISE DE RENDEZ-VOUS EN LIGNE DEPISTAGE PAR RT-PCR COVID-19

MYOGLOBINE

La myoglobine est une hémoprotéine d'un poids moléculaire voisin de 17800 daltons.

Elle transporte et fixe l’oxygène de manière réversible dans les cellules musculaires. On la trouve principalement dans les muscles striés (muscles squelettiques et myocarde). En cas d'ischémie myocardique, comme l’infarctus aigu du myocarde, la myoglobine est libérée par les cellules musculaires détruites. Le taux de myoglobine dans le sang augmente en général 2 à 4 heures après les premières douleurs et donc avant celui d’autres marqueurs de l’infarctus du myocarde comme la CK, la CK?MB ou la troponine. La concentration en myoglobine atteint, en fonction des mesures thérapeutiques de reperfusion, sa valeur maximale entre 4 à 12 heures et diminue ensuite relativement vite pour retomber à son niveau normal, du fait de son élimination rénale (sa demi?vie est d'environ 15 minutes. En cas d’intervention thérapeutique efficace, la concentration en myoglobine augmente fortement. La cinétique de l’évolution de la concentration en myoglobine peut apporter des informations sur l’efficacité de la thrombolyse. Le dosage de la myoglobine présente un intérêt particulier dans le diagnostic d’exclusion de l’infarctus du myocarde: si le taux de myoglobine n'est pas augmenté dans les 6 heures qui suivent l'apparition des premières douleurs et dans un dosage effectué dans les 4 heuressuivantes, une ischémie  myocardique aiguë peut être exclue avec une forte probabilité.Le taux de myoglobine peut, en dehors de l’infarctus du myocarde, également se rencontrer en cas de traumatisme musculaire, de syndrome d’écrasement, de myopathie, de surmenage musculaire prolongé, de stress musculaire, d’état de choc, de rhabdomyolyse ou d’une diminution de l’élimination en cas d’insuffisance rénale.