IMMUNOGLOBULINE G

Les IgG sont constituées de deux chaînes légères (kappa ou lamdda) et de deux chaînes lourdes gamma.

Les IgG représentent environ 80 % des immunoglobulines sériques. Le rôle principal des IgG sont la défense de l’organisme contre les microorganismes, la neutralisation directe des toxines et l’amorçage de la fixation du complément. Les IgG sont les seulesimmunoglobulines à pouvoir traverser la barrière placentaire et confèrent une immunité passive au fœtus et au nouveau-né. Cette protection maternelle diminue progressivement jusqu’à ce que le système immunitaire du nourrisson commence à se développer (environ à l’âge de six mois). Des taux sériques/plasmatiques avoisinants les taux d'adultes sont atteintsà 18 mois. Des taux élevés d’IgG polyclonales dans le sérum/plasma sont observés lors de maladies hépatiques chroniques (hépatite, cirrhose de Laënnec), de lupus érythémateux systémique, de maladies infectieuses et de fibrose kystique. Les IgG monoclonales sont  augmentées dans les myélomes à IgG. La synthèse des IgG est diminuée dans les syndromes d’immunodéficience congénitale et acquise et dans les déficits sélectifs en sous-classes d’IgG,comme par ex. dans l’agammaglobulinémie (maladie de Bruton). De faibles concentrations sériques/plasmatiques d’IgG se rencontrent dans les entéropathies avec perte protidique, le syndrome néphrotique et en cas de brûlures. Un métabolisme accru des IgG a été constaté dans le syndrome de Wiskott?Aldrich, dans la dystrophie myotonique et en présenced'anticorps anti?immunoglobulines. Il est connu que les immunoglobulines monoclonales sécrétées lors de gammapathies monoclonales peuvent différer des immunoglobulinescorrespondantes d’origine polyclonale par leur composition en acides aminés et par leur taille. Ceci peut entraver la réaction antigène?anticorps et conduire à une quantification inexacte.