IMMUNOGLOBULINE A

Les IgA représentent 13 % des immunoglobulines plasmatiques.

Par leur capacité de fixer les toxines, les IgA protègent la peau et les muqueuses contre les microorganismes et développent, en association avec le lysosome, des propriétés antibactériennes et antivirales. Les IgA sont les immunoglobulines des sécrétions biologiques comme la salive, la sueur et les selles. Les IgA sécrétoires protègent des infections locales et jouent un rôle important enfixant des antigènes provenant des aliments dans l’intestin. Dans le sérum, on trouve les IgA sous forme de monomère, de dimère ou de trimère, alors que  dans les sécrétions biologiques elles n’existent que sous forme de dimère qui comporte, en outre, une chaîne supplémentaire (composante sécrétoire). Des concentrations élevées d’IgA polyclonales peuvent être observées lors de maladies hépatiques chroniques, d’infections chroniques, de maladiesauto-immunes (arthrite rhumatoïde, lupus érythémateux systémique), en cas de sarcoïdose et dans le syndrome de Wiskott-Aldrich. Les IgA monoclonales sont augmentées dans les myélomes à IgA. La synthèse des IgA est diminuée dans les syndromes d’immunodéficiencecongénitale et acquise, comme l’agammaglobulinémie (maladie de Bruton). De faibles taux d’IgA se rencontrent dans les entéropathies avec perte protidique et en cas de brûlures.En raison de la lenteur du début de la synthèse des IgA, les concentrations sériques sont plus faibles chez l’enfant que chez l’adulte..