HIV-1 - MESURE DE LA CHARGE VIRALE

Des études épidémiologiques ont permis d’identifier le virus de l’immunodéficience humainede type 1 (VIH-1) en tant qu’agent étiologique du syndrome d’immunodéficience acquise(SIDA).

Le VIH peut être transmis par contact sexuel, exposition à du sang ou à desproduits sanguins infectés, ou par une mère séropositive à son fœtus (8). Dans les 3 à 6semaines après avoir été exposées, les personnes infectées développent généralement unbref syndrome aigu caractérisé par un état grippal et associé à une virémie élevée dans lesang périphérique. Chez la plupart des personnes infectées, cette phase précoce estsuivie par une réponse immunologique spécifique contre le VIH et une baisse de la virémieplasmatique, le plus souvent dans les 4 à 6 semaines après la survenue des symptômes. À la suite de la séroconversion s’installe classiquement une phase asymptomatiquecliniquement stable qui peut durer des années. Cette période asymptomatique secaractérise par une virémie plasmatique faible mais persistante, ainsi qu’une déplétionprogressive en lymphocytes T CD4+. Cette déplétion aboutit à une immunodéficience sévère,des infections opportunistes multiples, des tumeurs malignes et le décès. Bien que le tauxde virus soit relativement faible dans le sang périphérique pendant la phase asymptomatique del’infection, il semblerait que la réplication et la clairance virales soient des procédés dynamiquesdans lesquels les forts taux de production du virus et d’infection des cellules CD4+ soientcontrebalancés par des taux aussi élevés de clairance virale, de mort des cellules infectées etde réapprovisionnement en cellules CD4+, ce qui conduit à une stabilité relative de la virémieplasmatique et du nombre de cellules CD4+.Des mesures quantitatives du VIH dans le sang périphérique ont démontré que des taux de virusélevés pourraient être corrélés avec un risque accru de progression de maladies associées auVIH, et qu’une baisse du taux de virus plasmatique pourrait être associée à une réduction durisque de progression de la maladie. Le taux de virus dans le sang périphérique peutêtre quantifié par dosage de l’antigène sérique VIH p24, par culture quantitative du VIH à partirdu plasma ou par dosage direct de l’ARN viral dans le plasma au moyen d’une amplification del’acide nucléique ou de technologies d’amplification du signal.Actuellement, la détection d’une infection par le VIH-1 repose principalement sur des testssérologiques de détection d’anticorps et/ou un test immunologique pour l’antigène p24. Les techniques moléculaires telles que l’amplification médiée par la transcription(Transcription-Mediated Amplification, TMA) ont été largement utilisées pour amplifier desacides nucléiques. La TMA utilise la capture de cible spécifique et l'amplificationisotherme pour détecter des acides nucléiques dans de nombreux agents pathogènesinfectieux.Le test Aptima HIV-1 Quant Dx est basé sur la technique de la TMA et utilise plusieurslongues amorces qui ciblent plusieurs régions du génome du VIH-1 afin de compenser letaux de mutation élevé et les multiples mutations potentielles dans la région cible.Notes: Les indications de ce test sont limitées au VIH-1 pour les situations suivantes :Bilan pré-thérapeutique puis évaluation de l’efficacité du traitement antirétroviral vis-à-vis du VIH-1. Bilan de surveillance des personnes atteintes par le VIH-1 et non traitées par les médicaments antirétroviraux.Version : 02-16.