CREATINE PHOSPHOKINASE MB version 01-14

La créatine kinase (CK) existe sous forme de trois isoenzymes qui sont des dimères composés de deux types de sous?unités monomériques.

Les isoenzymes comprennent les trois combinaisons de monomères, M (dérivé de muscle squelettique) et B (dérivé de cerveau), correspondant auxdénominations MM, MB et BB. De nombreux organes renferment de la CK, mais la répartition desisoenzymes diffère entre les organes. Le muscle squelettique est très riche en isoenzyme MM, alors que le cerveau, l’estomac, l’intestin, la vessie et lepoumon contiennent principalement l’isoenzyme BB. Seul le tissu myocardique a révélé des quantités importantes d’isoenzyme MB(de 15 à 20 %). Ainsi, l’activité  de la CK sérique totale augmente pour un certain nombre de maladies. Ce manque de spécificité limite son intérêt diagnostique. Cependant, la différence frappante entre les profils des isoenzymes de la CK pour les différents organes a fait de la CK l’une des enzymes les plus utiles pour le diagnostic de l’infarctus aigu du myocarde. La CK?MB apparaît dans le sérum et indique ainsi sa présence exclusive dans le tissu myocardique. L'indication la plus fréquente de dosages répétés des isoenzymes de la CK réside dans le fait qu'ils permettent derenforcer la présomption diagnostique d’infarctus du myocardeNotes : Valeurs pour le diagnostic de l’infarctus du myocarde à l'aide de la détermination associée de l'activité de la CK et de la CK?MB et d'une valeur de CK consensuelle reposant sur une longue expérience: CK Hommes > 190 U/L (3.12 µkat/L)CK Femmes > 167 U/L (2.87 µkat/L)CK?MB > 24 U/L (0.40 µkat/L)Le pourcentage de l’activité de la CK?MB par rapport à l’activité totale de la CK est situé entre 6 et 25 %.Si l'on suspecte un infarctus du myocarde, il est, de manière générale, recommandé de suivre la stratégie diagnostique proposée dans le document Consensus des Sociétés Européenne et Américaine de Cardiologie. Si un infarctus du myocarde est suspecté et que les résultats obtenus sont inférieurs aux valeurs limites indiquées, il peut s’agir d’un infarctus récent. Dans ce cas, les analyses doivent être répétées après 4 heures. On obtient une efficacité diagnostique maximale du dosage de la CK?MB en utilisant un protocole de prélèvements successifs d'échantillons et en tenant compte du profil d’activité sur une période de 6 à 48 heures. Si l'on considère seulement les résultats de l'activité de la CK?MB, l’efficacité diagnostique est réduite et varie en fonction de l'heure du prélèvement de  l'échantillon. .