COMPLÉMENT C3

L'activation du système du complément est réalisée par deux voies : la voie classique et la voie alterne.

Les deux voies se terminent de la même manière. Comme le facteur C3 du complément est un facteur commun aux deux voies, la concentration en C3 et en ses produits de dégradation (y compris la fraction C3c) peut servir de grandeur pour mesurer une activation du système du complément. De faibles concentrations sont un indice en faveur d¿une activation. Le dosage de la fraction C4 du complément permet une meilleure différenciation. Si la concentration en C4 est normale, il existe avec une certaine probabilité une activation de la voie alterne. De faibles concentrations sont observées dans de nombreuses maladies inflammatoires et infectieuses. Les principales causes sont le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde, l'endocardite bactérienne subaiguë, une virémie, des infections parasitaires ou bactériennes. On a observé une forte baisse du taux de C3 chez des patients atteints de lipodystrophie partielle ou de glomérulonéphrite membranoproliférative si les patients présentent le facteur de néphrite C3. Le C3 étant une protéine de la phase aiguë de l’inflammation, sa concentration augmente au cours de l’inflammation. Sa concentration est augmentée lors de maladies infectieuses systémiques, lors d'états inflammatoires chroniques non infectieux (principalement dans les formes chroniques de la polyarthrite rhumatoïde) et physiologiques (grossesse).  L’augmentation dépasse rarement le double de la normale et peut masquer une diminution du taux due à sa consommation couranteNotes : L'importance de la fragmentation de C3 en C3c dépend de l'ancienneté et des conditions de conservation de l'échantillon. Pour les échantillons fraîchement recueillis, on obtient des valeurs jusqu'à 25 % inférieures (suivant l'importance de la fragmentation) à celles déterminées pour les échantillons anciensVersion : 01-14.