APOLIPOPROTEINE B

Les apolipoprotéines constituent la partie protéique des lipoprotéines.

Les lipoprotéines sont classées en fonction de leur densité en ultracentrifugation de flottation. Le foie synthétise également les VLDL (V ery Low Density Lipoproteins) qui contiennent principalement des triglycérides et du cholestérol. En présence de lipoprotéine-lipase, les triglycérides sonthydrolysés et les LDL (Low Density Lipoproteins) comportant une proportion élevée de cholestérol sont formées. L ’apolipoprotéine B est le majeur constituant des LDL. Environ un tiers des LDL amènent le cholestérol vers les cellules périphériques. Les deux autres tiers sont métabolisés par le foie. La captation des LDL au niveau de tous ces tissus s’effectue par l’intermédiaire de récepteurs des LDL. Les taux d’apolipoprotéine B augmentent lors de la grossesse, en cas d’hypercholestérolémie, d’anomalie des récepteurs des LDL, d’obstruction biliaire, d’hyperlipidémie de type II et de syndrome néphrotique. Les taux d’apolipoprotéine B diminuent en cas de maladie hépatique, d’?-?-lipoprotéinémie, de septicémie et à la suite d’une administration d’œstrogènes.Le dosage simultané de l’apolipoprotéine A-I et de l’apolipoprotéine B, et le calcul du rapport apolipoprotéine B/ apolipoprotéine A-I reflètent particulièrement bien un trouble du métabolisme des lipides et le risque de développer une athérosclérose ou une maladie coronarienne, et constituent de ce fait un excellent complément des dosages classiques de cholestérol HDL et LDL. Un taux élevé d’apolipoprotéine A-1 (HDL) et un faible taux d’apolipoprotéine B (LDL) sont en étroite corrélation avec un faible risque de développer de telles maladies.Note : Aide à l'application des référentiels pour les prescriptions de biologie en première intention : Quelle place pour le dosage des APO A et APO B ?.