ANTICORPS ANTI-CCP

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire, chronique, systémique, entraînant une polyarthrite érosive associée à de nombreuses autres manifestations extra-articulaires.

L'inflammation de la membrane synoviale articulaire s'amplifie, ce qui provoque une douleur chronique et la destruction finale de l'articulation, une perte fonctionnelle et une invalidité. La maladie évolue en quatre stades. Le premier stade commence avec un œdème de la membrane synoviale, à l'origine de douleurs, de raideurs et d'un oedème autour de l'articulation, sans destruction visible sur les radiographies. Au cours du deuxième stade, on observe une division et une croissance rapide des cellules, provoquant un épaississement de la membrane synoviale. Le troisième stade est caractérisé par la libération d'enzymes par les cellules inflammatoires. Ces enzymes peuvent digérer l'os et le cartilage, ce qui provoque une déformation de l'articulation (sans ankylose). Cette déformation peut modifier l'alignement de l'articulation, et provoquer une intensification de la douleur et la perte du mouvement. Le quatrième et dernier stade est caractérisé par tous les symptômes du troisième stade auquel s'ajoute une ankylose fibreuse ou osseuse.La classification initiale de la maladie est obtenue grâce a une combinaison de signes cliniques, radiologiques et sérologiques. Le facteur rhumatoïde (FR) et les anticorps anti-CCP comptent parmi les signes sérologique. Le dosage des anticorps anti-CCP peut fournir une indication importante de la gravité et du pronostic de la maladie. La vitesse de sédimentation (VS) et le taux de CRP (protéine C réactive) sont souvent utilisés pour surveiller l'évolution de la maladie.Lire aussi : Recommandations HAS -Polyearthrite rhumatoïde– Septembre 2007Version : 03-2016.