AMH

Chez l'homme, l'AMH est sécrétée par les cellules de Sertoli du testicule.

 Au cours du développement du fœtus mâle, la sécrétion d'AMH dans les cellules de Sertoli du testicule est responsable de la régression des canaux de Müller et du développement normal du tractus génital. L'AMH est produite par les cellules de Sertoli dès le début de l'embryogenèse et sasynthèse persiste toute la vie. L'AMH est produite continuellement par le testicule jusqu'à la puberté pour ensuite décliner lentement vers les valeurs post-pubertaires.Chez la femme, l'AMH joue un rôle important dans la folliculogenèse ovarienne. Le développement du follicule dans l'ovaire se fait en deux stades distincts: le recrutement initial lors duquel les follicules primordiaux débutent leur maturation et le recrutement cyclique qui conduit à la croissance d'une population de petits follicules antraux parmi lesquels le follicule dominant (destiné à l'ovulation) est ensuite sélectionné. La FSH dirige le recrutement cyclique. L'expression de l'AMH dans les cellules de la granulosa commence dans les follicules primaires et atteint un maximum dans les cellules de granulosa des follicules pré?antraux et petits?antraux d'un diamètre inférieur à 6 mm. L'expression de l'AMH diminue lorsque la croissance folliculaire devient FSH dépendante. L'AMH devient alors indétectable. Ce mode d'expression de l'AMH confirme le rôle inhibiteur de  l'AMH à deux niveaux de la folliculogenèse. D'une part, l'AMH inhibe la transition des follicules du stade primordial au stade de maturation et jouedonc un rôle important dans la régulation du nombre de follicules restant dans le pool de follicules primordiaux. Par ailleurs, l'AMH a une action inhibitrice sur la sensibilité des follicules à la FSH et a donc une influence sur le processus de sélection des follicules.Les taux sériques d'AMH, à peine détectables chez le nouveau-né féminin, atteignent un pic maximum après la puberté, diminuent progressivement avec l'âge et sont indétectables à la ménopause.Hormis quelques fluctuations observées chez les jeunes femmes, les taux sériques d'AMH sont relativement stables au cours du cycle menstruel. Par ailleurs, les taux d'AMH présentent une variation intra- et intercyclique plus faible que la FSH basale. Les taux sériques d'AMH diminuent de façon significative lors de prise de contraceptifs oraux combinés. Des applications cliniques des mesures d'AMH ont été proposées pour diverses indications. Ladétermination de l'AMH sérique est principalement utilisée pour l'estimation de la réserve ovarienne qui reflète le nombre de follicules antraux et pré?antraux (compte de follicules antraux, CFA) et pour la prédiction de la réponse à la stimulation ovarienne contrôlée. D'autres applications cliniques de l'AMH sont le diagnostic des troubles du développement sexuel(DSD) chez l'enfant et la surveillance de l'évolution des tumeurs de la granulosa afin de détecter des résidus ou une récurrence de la maladie.L'AMH a été suggérée comme substitut de biomarqueur pour le CFA dans le diagnostic du syndrome de Stein-Leventhal (ovaires polykystiques, SOPK) de même que pour la prédiction du moment de survenue de la ménopause.Version : 01-16.